Le projet de tracé de chemin piétonnier en bordure du lac a été accepté par le Canton de Vaud.

Nous voilà enfin arrivés à une de nos fins : obtenir l’aval du canton pour le projet de tracé d’un chemin entre la pointe de la Becque et le Portail Blanc, ce qui représente le bon premier tiers de ce que nous visons.

Nous aimerions vous remercier, vous qui nous avez soutenu tout au long de nos péripéties, que ce soit par vos dons, votre présence dans les AG, les messages que vous nous avez fait parvenir et la patience que vous avez démontrée. Un très chaleureux merci.

Parvenir à obtenir cette autorisation a nécessité beaucoup d’échanges entre la commune et le canton et une détermination forte du syndic de La Tour, mais aussi une synergie forte entre notre association et le syndic. La concertation a été notre maître-mot et elle a porté.

Le syndic a été jusqu’à inviter des représentants de tous les bureaux cantonaux devant donner leur feu vert pour les convaincre du bien-fondé de l’excellent projet de Sollertia, le bureau d’ingénieurs de Corsier-sur-Vevey, qui avait déjà réalisé un projet similaire à Saint-Prex.

Le service du territoire à Lausanne ne soutenait d’abord pas le projet de la ville qui passe sur le domaine public au bas des parcelles plutôt que sur les servitudes de passage disponibles en haut des parcelles. Pour accéder aux servitudes de passages sur les parcelles privées, il aurait fallu construire un escalier en métal, dégradant le mur de pierres.

L’ingénieur de Sollertia, avec les desiderata du syndic, a dû envoyer plusieurs argumentaires d’une dizaine de pages sans succès, le service du territoire refusant à chaque fois les arguments avancés. Notre association a fait intervenir plusieurs fois nos députés verts au Grand Conseil, et notre avocat, Me. Trivelli, donnait des coup de pouce. Mais rien n’y faisait.

À la fin, il ne nous restait plus qu’une carte à jouer, à savoir de tenter de convaincre l’ancienne Conseillère d’Etat et nouvellement Conseillère nationale, Mme de Quattro, en charge du département du territoire et de l’Environnement. Une délégation formée du syndic, de son chef de service, de l’ingénieur de Sollertia et de notre avocat a rencontré Mme de Quattro. Le syndic adoptait une ligne ferme, et notre avocat tentait de trouver des accords. Le résultat final, vous le connaissez, est que le tracé du chemin piétonnier, après quelques aménagements supplémentaires, a finalement été accepté. Quel succès pour nous tous.

La construction du chemin doit encore passer par différentes étapes. La mise à l’enquête a déclenché 22 oppositions qui sont actuellement en cours d’examen. Puis restera encore le vote par le conseil communal du crédit de réalisation qui ne pourra intervenir qu’une fois les oppositions levées. Le parcours du combattant n’est pas terminé, mais nous ne perdons pas courage, nous qui avons appris au cours de cette expérience que qui sait attendre arrivera à sa fin.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.