AG du 7 octobre: une résolution exprimant notre ras-le-bol, un comité complété et une conférence inspirante

L’association Rives du lac a tenu son assemblée générale le 7 octobre passé au Centre Vassin à La Tour-de-Peilz. En voici les informations principales:

 

L’Association des Rives du lac à La Tour-de-Peilz vote une résolution manifestant son courroux
L’Association des rives du lac (ARL) a constaté lors de son assemblée générale tenue le 7 octobre 2021 à La Tour-de-Peilz que les procédures, en particulier la levée des oppositions en vue de la réalisation d’un sentier riverain, continuent de traîner en longueur, et ceci avant même des recours judiciaires possibles.

Les décisions au niveau de la Commune et du Canton pour faire avancer le dossier n’arrivent donc toujours pas à se concrétiser. Cela met sérieusement en danger le projet voté pourtant il y a 11 ans. Ce retard devient plus que regrettable, inacceptable, selon l’ARL.

A l’unanimité de ses membres, elle exige que les verrous procéduriers sautent. Car ils n’ont que trop duré et bafouent à l’évidence le oui d’une initiative populaire votée démocratiquement.

 

Nouvelle membre du comité
Lors de l’assemblée, une nouvelle membre du comité, Katia Bieri, avocate, a été élue à l’unanimité. Nos félicitations! Les autres membres actuels du comité ont été confirmés.

 

Jean-Marc Fivaz, herpétologue, a présenté les mesures de préservation de la biodiversité et plus particulièrement des serpents présents sur nos rives. L’on trouve effectivement une grande variété d’animaux qui vivent sur les rives du lac, et il en a présenté les plus fréquents et même quelques espèces introduites. Les serpents, surtout des couleuvres, sont assez présents sur nos rives, et il semble même en exister quelques exemplaires au port de La Tour-de-Peilz, donc très proches de la présence humaine. En effet, des chemins peu bétonnés avec des murs pas trop lisses (p.ex. avec des trous) et des berges laissés naturelles ou avec des rochers peuvent être très favorables aux serpents – Monsieur Fivaz a présenté des bons exemples sur le chemin riverain près de St-Prex. Les prédateurs naturels (comme p.ex. les hérons) ont également un effet non négligeable sur la population d’amphibiens et reptiles sur les rives du lac. En somme, lors de la réalisation du chemin de 2km prévu entre la Maladière et la Becque, une attention particulière doit être portée à maintenir des biotopes existants sur les rives et éventuellement à améliorer certaines parties à cet égard.

 

Notez notre nouvelle adresse postale
Association Rives du Lac c/o Nicole Rivet, Chemin d’Entre-deux Crêts 14, 1814 La Tour-de-Peilz

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.