La longue histoire du chemin piétonnier au bord du lac Léman à La Tour-de-Peilz

2000
Adoption du plan directeur cantonal des rives du lac par le Grand Conseil vaudois

2004
Dépot d’une pétition, 1300 signatures, demandant l’ouverture des rives aux promeneurs. Réponse négative reçue en 2008

2007
Prise en considération au Conseil Communal d’un postulat relatif à la création d’un tronçon de cheminement pédestre au bord du lac.

25 juin 2008
Le Conseil Communal de La Tour-de-Peilz refuse de justesse (37 voix contre 34) la création d’un tronçon piétonnier en prolongement du Bain des Dames, suivant l’avis de la Municipalité qui s’est toujours opposée à une telle réalisation.

10 juillet 2008
A la suite du vote, des conseillers communaux issus de plusieurs partis et des citoyens de la commune lancent la première initiative populaire communale à La Tour-de-Peilz.

30 août 2008
La campagne de récolte de signatures pour l’initiative populaire démarre.

26 novembre 2008
Le comité d’initiative dépose auprès de la Municipalité les 2’300 signatures récoltées pendant la campagne.

26 janvier 2009
Une délégation du comité d’initiative rencontre la Municipalité pour connaître ses intentions quant à la soumission dans les meilleurs délais de l’initiative communale au Conseil Communal, conformément à l’article 106 de la loi vaudoise sur les droits politiques.

5 mai 2010
La Municipalité dépose un préavis, négatif, devant le Conseil Communal.

23 juin 2010
Le Conseil Communal accepte ce préavis défavorable à l’initiative. Celle-ci sera donc soumise au peuple.

Juillet 2010

un comité d’initiative se crée pour lancer une initiative populaire demandant l’accès public aux rives du lac:

Gilbert Vernez, conseiller communal, président du comité d’initiative
Nicole Freers Signer, conseillère communale,
Félicie Girardin, conseillère communale,
Marianne Keller, conseillère communale,
Christiane Rithener, députée, conseillère communale,
Nicole Rivet, conseillère communale
Aldo Andreotti, ancien Président du Conseil communal,
Olivier Ansermet, ancien directeur des écoles,
Pierre-Philippe Dorier, commerçant indépendant,
Olivier Epars, député,
André Gruaz, maître d’éducation physique,
Félix Keller, conseiller communal,
Frédéric Glauser, conseiller communal,
Michel Panchaud, journaliste,
Jean-Yves Schmidhauser, conseiller communal,
Daniel Schmutz, ancien conseiller d’Etat,
Jacques Vallotton, conseiller communal.

Septembre/octobre 2010
Campagne précédant la votation, avec la diffusion de dépliants et des affichages de la part des partisans et des opposants au cheminement riverain. Notre Tout-ménage 2010 

28 novembre 2010
Votation populaire pour un accès aux rives du lac, avec une participation de 60%; 2450 personnes, soit 55 % des votants, acceptent l’initiative.

Electeurs inscrits
Suisses       6425
Etrangers    1269
TOTAL        7694

Bulletins rentrés  4558

Bulletins Blancs       83

Bulletins Nuls            5

Bulletins valables  4470
Non exprimés  2020
Oui exprimés   2450

Janvier 2011
La Municipalité reçoit une délégation de l’association des rives du lac. Déception des membres de l’association par rapport aux intentions de la Municipalité.

Janvier 2012
L’association prend connaissance d’un planning d’intention.

Février 2012
Le jugement du Tribunal Cantonal (La Tourangelle Gland) confirme la légalité d’un cheminement au bord du lac.
Sur la base d’un cahier des charges , nomination du bureau EDMS SA de Genève, chargé d’étudier le tracé.

Octobre 2012
Le préavis –crédit d’étude 8/2012 est refusé par le Conseil Communal. A la suite de ce vote, l’Association des Rives du Lac dépose un recours au Conseil d’Etat contre cette décision.

2013
La Municipalité a donné son feu vert à un projet de ponton défavorisant la réalisation du chemin.

Septembre 2013
statuant sur le recours, le Conseil d’Etat enjoint la Municipalité à agir pour la réalisation d’un chemin au bord du lac sans désemparer.

Octobre 2014
L’Association des Rives du Lac a contacté la Commission Cantonale des Rives du Lac, car il n’y a pas encore de projet concret de la part de la Municipalité.

Mars 2014
Un plan prévoyant une mise à l’enquête jusqu’en 2022 (!) est présenté par la Municipalité au Conseil communal. Deux conseillers communaux de La Tour-de-Peilz, se révoltent publiquement. (lisez les interventions de Gilbert Vernez / Jacques Vallotton et les articles de presse dans   « Le Régional »« 24 heures »)

Septembre 2015
Un film démontre la faisabilité du projet avec des aménagements mineures et à un coût raisonnable. Plusieurs journaux (24heures, 20 minutes, La Liberté, …) et le 19h30 de la RTS ainsi que l’Actu de « La Télé » reprennent le thème et s’indignent de la lenteur des autorités.

Décembre 2016
La Municipalité de La Tour-de-Peilz, avec son nouveau syndic, Alain Grangier, sollicite un crédit d’étude de 217 000 francs pour la réalisation du projet sur les 2 kilomètres de rives du lac entre la Becque et la Maladaire.

22 mars 2017
Le Conseil communal de La Tour-de-Peilz vote le crédit pour l’étude d’un tracé définitif et d’un devis pour la réalisation du chemin piétonnier au bord du lac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.