Conférence « Rives pour toutes et tous » le 27 septembre 2016

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Le chemin lacustre n’est pas seulement un thème chez nous à La Tour-de-Peilz, où le souverain (en Suisse c’est le peuple, même au niveau communal – petit rappel à notre Municipalité) a voté pour un accès aux rives du lac sur 2 kilomètres.

Une initiative législative cantonale neuchâteloise demande avec 5621 signatures un accès continu de 2 mètres de largeur minimale sur toutes les rives des lacs du canton. Nous félicitons le comité d’initiative d’avoir ramassé plus que le nombre requis de signatures et nous espérons que leur projet voie le jour.

En effet, nous vous proposons une conférence sur l’initiative neuchâteloise « Rives pour toutes et tous » le mardi 27 septembre 2016, au réfectoire du collège des Mousquetaires à La Tour-de-Peilz à 20h, suivie de l’Assemblée Générale de notre association. Les non-membres sont cordialement invités à participer à la conférence et/ou à l’AG.

Voici des liens sur les actualités autour de cette initiative:
24 heures: Accès aux rives du lac: une initiative récolte 5600 signatures.
RTS: Accès aux rives: l’initiative récolte 5600 signatures 

 

Dépôt d’un recours pour déni de justice concernant la pose d’un portail à la plage de la Maladaire

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’avocat de l’Association des Rives du Lac de La Tour-de-Peilz (ARL) a déposé à mi-janvier un recours pour déni de justice auprès de la Cour de droit administratif et public.

Suite à des travaux sur la parcelle de la plage de la Maladaire, la Municipalité a installé un portail entre la plage et une parcelle occupée par des pêcheurs faisant fi de la loi sur le marchepied. Elle ne s’est pas seulement contentée de l’installer, mais l’a de plus fermé à clé.

A ce propos, de nombreux courriers ont été échangés entre l’avocat de l’Association des Rives du lac et celui de la Municipalité sans que ce dernier n’apporte de réponse fondée du point de vue juridique et / ou politique. Lassée des réponses évasives, l’Association a opté pour un recours en déni de justice.

Veuillez consulter des article à ce propos  dans la presse.

L’accès au lac (par la force) soutenu par le Tribunal cantonal.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Victor von Wartburg, président de l’association « Rives publiques », avait découpé en 2012 deux clôtures  empêchant le passage aux rives du lac à Tannay (VD). Il fut ensuite condamné à 40 jours-amendes avec sursis par le Tribunal de police de La Côte pour dommages à la propriété. En décembre, il fut acquitté par la Cour d’appel pénale du Tribunal cantonal qui « épingle au passage les autorités », écrit « Le Temps » dans son édition du 24 décembre 2015. Le Tribunal cantonal, toujours selon « Le Temps », désavoue les deux propriétaires concernés. Dans un cas, la clôture avait été érigée en violation de la servitude de passage public. Dans l’autre, le portail devait rester ouvert, ce qui n’était pas le cas.

La cour blâme en passant l’attitude des autorités et les abus des propriétaires.

A La Tour-de-Peilz, la situation actuelle au bord du lac se présente similaire: des clôtures fermées érigées par des privés et … récemment par la Municipalité (près de la plage de la Maladaire), en bonne partie illégales, bloquent l’accès sur les rives du lac, alors que 1432m sur 1998m du chemin au bord du lac à La Tour-de-Peilz sont déjà grevés par des servitudes de passage!

A La Tour-de-Peilz, la loi n’est pas non plus respectée au niveau de la non-réalisation du chemin au bord du lac. Le fait que notre Municipalité tarde à mettre en place le chemin lacustre, décidé en 2010 démocratiquement par un vote populaire, n’est pas seulement indigne pour une démocratie, mais il est illégal. Faut-il vraiment aller jusqu’au Tribunal cantonal pour obtenir raison? Imaginons cela au niveau national: le peuple voterait pour un nouveau tunnel au Gothard, par exemple, et il n’y aurait même pas un début de plan de projet après plus de 5 ans??

Heureusement que la loi … et les juges … sont avec nous.

L’Association des Rives du Lac à La Tour-de-Peilz est donc confiante d’arriver à ses buts sans l’utilisation de cisailles, mais elle se réserve le droit – dans le vrai sens de ce terme – d’y arriver par des moyens légaux.

 

Salle comble pour une conférence publique

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Salle comble le 23 septembre

La conférence publique sur la réalisation d’un chemin piétonnier a eu lieu le mercredi 23 septembre 2015, devant de nombreuses personnes intéressées (voir le communiqué de presse).

Si vous n’avez pas pu être présents, nous proposons de vous référer au film qui se trouve sur ce site pour vous faire une idée des aménagements à prévoir pour réaliser un sentier au bord du lac. Si vous avez des questions plus précises, vous pouvez contacter la présidente de l’ARL, Geneviève Pasche, dont vous trouvez toutes les coordonnées ici.

« Rives du Lac » – le film!

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Ce film démontre que la réalisation d’un sentier pédestre entre la pointe de la Becque et la Plage de la Maladaire pose peu de difficultés, contrairement à ce que laisse sous-entendre la Municipalité, et ne requiert que peu d’aménagements.

Quant à son coût, il a été estimé à moins d’1.5 Mio. dont la moitié des frais aussi bien pour l’étude de faisabilité (étude du tracé et des principaux ouvrages à envisager) que pour sa réalisation serait assumé par le canton. Notre commune est assurée de toucher ces subventions, qui sont puisées dans un fond régulièrement alimenté, mais très peu utilisé.

Notre  Communiqué de presse  à ce sujet a été diffusé aux médias en début septembre. Visionnez par exemple le 19h30 avec Darius Rochebin et lisez les articles de presse.

Revenons un peu à l’histoire du chemin piétonnier: Elle commence en 2004 avec le dépôt d’une motion de 1300 Boélands de l’ouverture des rives aux promeneurs et la prise en considération en 2007 d’un postulat pour la création d’un chemin en bordure du lac.

  • Le 30 novembre 2010, 55% des Boélands ont accepté une initiative populaire en faveur d’un chemin piétonnier en bordure du lac.
  • le 30 oct. 2012, à savoir 23 mois après la votation (au lieu de 18 comme l’exige la loi cantonale), le conseil communal peut enfin se prononcer sur le préavis d’étude de faisabilité présenté par la Municipalité. Ce préavis met l’accent sur tous les obstacles à la réalisation du chemin et  prévoit un budget de 702’000.-, dont plus de la moitié ne serait pas destiné à l’étude de faisabilité, mais à des frais juridiques et d’expropriation dont le calcul ne repose sur aucune donnée fiable. Inutile de dire que le conseil communal refuse le préavis.
    Suite à cette décision, un recours est envoyé au Conseil d’État qui, en 2013, enjoint la Municipalité d’« agir sans désemparer », injonction qui restera sans effet.
  • Depuis, malgré les interventions répétées de conseillers et de notre avocat, Me. Trivelli, la commune s’applique à poursuivre une politique de non-recevoir et de non-entrée en matière.

Vous comprendrez pourquoi l’association des Rives du lac de La Tour-de-Peilz (qui veille à la réalisation du chemin piétonnier que les Boélands ont voté)  a pris le taureau par les cornes sans plus rien attendre de la Municipalité dont elle ne connaît que trop bien l’immobilisme dans ce dossier. 

Elle a donc mandaté un expert en aménagement du territoire pour déterminer quels seraient les aménagements nécessaires pour rendre accessible le chemin piétonnier entre la pointe de La Becque et la plage de la Maladaire et quel en serait son coût approximatif.

Si le coût sommaire a été estimé à moins d’1.5 Mio +/- 25 %, c’est que  les initiants du chemin se sont toujours prononcés en faveur d’un sentier destiné aux piétons, mais non accessible aux handicapés et aux poussettes. De ce fait, seules des structures légères sont prévues dans ce projet comme des passerelles et des ponts en métal ou en bois. Par ailleurs, le chemin ne nécessite presque aucun aménagement sur les servitudes de passage qui représentent environ le 1/3 du parcours et qui, par définition, sont déjà accessibles, ainsi que sur les grèves qui couvrent 10 % de la longueur. Si la commune désire en faire davantage et que ses finances le lui permettent, libre à elle de se montrer plus généreuse.  Enfin, l’association des Rives du Lac a proposé la réalisation de ce chemin en 3-4 tronçons, ce qui permettrait de répartir encore les coûts et d’encourager une démarche participative auprès des propriétaires.

Voici le plan des rives du lac avec les indications de l’expert (voir légende et budget en bas du document):

Si vous voulez nous contacter, soutenir ou adhérer à l’association, cliquez sur ce lien.

Chemin riverain à La Tour-de-Peilz – L’UDC fait de l’éléctoralisme

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

(Une réponse à l’article dans le 24heures du 23.06.2015 intitulé « A La Tour-de-Peilz, l’UDC milite contre le sentier lacustre« )

A propos du projet de sentier riverain à La Tour-de-Peilz, l’UDC locale milite contre le projet de sentier lacustre à La Tour-de-Peilz, tout en se défendant de bafouer la volonté populaire exprimée lors du vote de 2010! N’est-ce pas schizophrénique? Comment peut-on à la fois respecter la volonté du peuple et refuser d’entrer en matière ?

De l’avis de l’UDC, le futur chemin s’écarte de plus en plus de ce que la population souhaitait au départ. De quel écart s’agit-il ? Vous n’en soufflez mot, votre parti serait-il dispensé de justifier une telle assertion ? Pour rappel, les initiants ont toujours demandé un sentier conçu dans le respect des lieux existants, pour les piétons et non pour des poussettes ou des chaises roulantes. Le projet n’a donc pas changé d’un iota depuis la votation.

D’où sort ce coût de 8 millions pour la réalisation du chemin ? Sur quoi repose cette estimation financière? L’UDC ne cherche-t-il qu’à faire peur en articulant  un tel montant ?  Même la Municipalité n’a jamais évoqué un tel coût. Enfin, ignorez-vous que le canton va subventionner à 50 % l’ensemble des travaux pour ce chemin ?

Et pourquoi agiter le spectre du coût des expropriations alors que la  récente décision du Tribunal fédéral en date du 1eravril 2015 statue en faveur d’un dédommagement minime (10.-/ m. linéaire) d’une propriétaire du Haut-Vully lors de la création d’un chemin riverain ? N’est-il pas le moment de prendre en compte la baisse progressive des dédommagements des propriétaires?

Le comité de l’Association des Rives du lac suit de près ce projet qui lui tient à coeur. Son but est de voir se concrétiser la décision prise dans les urnes par les habitants de La Tour. Il regrette le retard et les blocages en vue de la réalisation du projet et déplore  l’attitude  de l’UDC qui ne cherche manifestement qu’à faire parler de lui.

Au nom du Comité des Rives du lac », la Présidente : Geneviève Pasche

Une plage de galets publique à découvrir … sur le futur sentier au bord du lac!

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

Vous aimez le bord du lac et la tranquillité…

Vous vous déplacez à pied, en bus ou à 2 roues…

Vous aimez les baignades sur les plages isolées…plage_de_galets_publique_La_Tour-de-Peilz

… alors rendez-vous jusqu’à l’arrêt VMCV « le Portail Blanc » sur la rte de St-Maurice, prenez  le chemin (interdit aux voitures) et longez-le jusqu’au lac. Montez  l’escalier de droite, avancez sur le mur.

Ça y est, vous êtes arrivé. Une belle plage de galets tranquille vous attend. Il ne vous reste plus qu’à plonger et à vous dorer au soleil!

Cette plage, présentée sur la photo ci-dessus, est déjà accessible, d’autres, pourtant dans le domaine public et qui devraient donc être accessibles légalement, ne sont pas encore accessibles. Soutenez notre association qui se bat pour une réalisation du sentier au bord du lac!

Le nouveau chemin piétonnier au bord du lac à La Tour-de-Peilz se fait attendre.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblrmail

L’Association Rives du Lac poursuit le but de veiller et contribuer à la réalisation effective d’un chemin piétonnier entre la Plage de la Becque et la plage de la Maladaire à La Tour-de-Peilz.

Une initiative populaire «Rives du lac» dans ce sens a été acceptée par une majorité des habitants de la Tour-de-Peilz le 28 novembre 2010.

Un soutien à 50% des frais de construction est déjà assuré par le canton. Néanmoins, la lenteur de l’avancement du dossier est flagrante. L’exécutif, responsable de la réalisation carte chemin au bord du lac Léman à La Tour-de-Peilzde ce chemin, n’a en cinq ans pas avancé du tout, malgré un mandat clair, un soutien fort du canton, un cadre légal favorable, et une situation financière excellente de la commune.

Lisez à ce sujet les interventions de Gilbert Vernez et de Jacques Vallotton, conseillers communaux, le 18 mars 2015 au Conseil communal de La Tour-de-Peilz, et les articles de presse récents

Ne perdons plus de temps! Ce chemin piétonnier le long du lac représente la mise en valeur d’un merveilleux patrimoine naturel pour tous.